J'arriverai par l'ascenseur de 22h43

Chronique d’un fan de Thiéfaine

Texte Philippe Soltermann / Mise en scène Lorenzo Malaguerra

Tabs
Photos
Presse

Libération

Mars 2018

Libération > Au concert ce soir

La musique a toujours eu sa place au théâtre, mais plutôt en coulisse. Depuis quelques années, des auteurs s'attachent aussi à écrire des pièces dont les artistes - de Gainsbourg à Tiéphaine en passant par Dalida - sont les héros. exploration d'une tendance.

Rue du théâtre

Janvier 2018

Rue du théâtre > Chronique d'un fanatisme ordinaire

Célèbre lieu de concert à Lausanne, les Docks accueille une création écrite et interprétée par un fan de Hubert-Félix Thiéfaine. Grandeur de l’art, décadence du fanatisme... Un beau tour de force. Âme torturée, poète revendiqué, chanteur rock, Thiéfaine a marqué les années 1980. Si beaucoup de Français se souviennent de ses titres phares (Les dingues et les paumés, La fille du coupeur de joint), les Jurassiens (son département natal) les récitent encore par coeur. Mais il semblerait qu’ils ne soient pas les seuls. Avec le concours scénique de Lorenzo Malaguerra - à la tête du théâtre du Crochetan (Suisse) et co-metteur en scène de Jean Lambert-wild sur de nombreuses créations (Richard III) -, Philippe Soltermann nous prouve ici, sur la scène des Docks, que ce succès dépassa les frontières en atteignant le Suisse qu’il est. Originaire de Lausanne, il a découvert ce rockeur vagabond en pleine adolescence avec ce titre éloquent : J’arriverai par l’ascenseur de 22h43. Coup de foudre pour la puissance poétique de sa plume, pour la profondeur énigmatique de ses formules, pour la dimension subversive de ses propos. Il devient fan. Fanatique. Il ne vit, ne respire, ne pense et ne conçoit qu’à travers le lyrisme de Thiéfaine. En se construisant dans ce fantasme, le personnage apparaît comme dépossédé de lui-même, « dépersonnalisé ».

Toute la culture.com

Janvier 2018

Toute la culture.com > J’ARRIVERAI PAR L’ASCENSEUR DE 22H43, CHRONIQUE HELVÉTIQUE D’UN FAN DE THIÉFAINE

Philippe Soltermann travaille la structure psychotique d’un fan absolu dans un monologue entre vertige et voltige qui tire un trait « noir passion » sur la fin d’une adolescence. Le dispositif se révélera après-coup, le jour où les yeux de l’auteur acteur croiseront ceux d’ Hubert-Felix Thiéfaine qu’il verra briller dans la salle, côté public. Ce jour-là, Philippe Soltermann comprendra sans doute ce qui l’a poussé à créer ce spectacle : rencontrer, enfin, son idole, sans rien n’absoudre, sans ne rien dissoudre de sa carapace de fan, celle dans laquelle on le regarde se lover pendant plus d’une heure, cherchant une issue, une bonne raison qui expliquerait définitivement cet amour suprême qui le taraude depuis ces douze ans.

Froggy's delight

Janvier 2018

Froggy's delight > J'arriverai par l'ascenseur de 22h43

Monologue écrit et interprété par Philippe Soltermann dans une mise en scène de Lorenzo Malaguerra. "Je demanderai ta main pour la couper"... Voilà de l'Hubert Félix Thiéfaine pur jus, extrait de la chanson qui donne son titre au spectacle écrit et dit par Philippe Soltermann. La chanson date de 1978 et elle est en première position sur le premier album d'HFT intitulé "Tout corps vivant branché sur le secteur est appelé à s'émouvoir". Elle dure 3 minutes et 7 secondes et, à elle seule, elle peut transformer un petit Suisse bien au chaud dans la CH (la Confédération Helvétique) en fan d'un franc-comtois les pieds dans la concoillotte.

L'Humanité

Janvier 2018

L'Humanité > J'arriverai par l’ascenseur de 22h43, c’est l’histoire d’être fan.

"J’arriverai par l’ascenseur de 22h43", c’est l’histoire d’être fan. Adorateur du chanteur Hubert-Félix Thiéfaine, le comédien Philippe Soltermann propose un monologue, entre immersion et distanciation, qui croise son admiration irrationnelle pour son idole et son intellect réfléchissant sur cette part démesurée qui l’anime. «!On a tous son Thiéfaine, sa petite balise, celui qui nous inspire, sa référence!», nous dit-il. Un soliloque mis en scène par Lorenzo Malaguerra, pour lequel le comédien s’est moins inspiré de la musique du chanteur que de son écriture, poétique, philosophique, bourrée de références en tout genre, du cinéma à la littérature.

La terrasse

Janvier 2018

La terrasse > J’arriverai par l’ascenseur de 22h43

Longtemps boudé par les médias, Hubert-Félix Thiéfaine est une véritable icône pour son public. Fan du chanteur depuis l’âge de 12 ans, l’auteur et comédien suisse Philippe Soltermann nous parle de cette passion dans "J’arriverai par l’ascenseur de 22h43". Un monologue mis en scène par Lorenzo Malaguerra. Sa mère écoutait des chansons de Joe Dassin. Son père, des disques de fanfares militaires. Pendant ce temps, le jeune adolescent qu’était Philippe Soltermann se plongeait dans l’univers surréaliste et poétique d’Hubert-Félix Thiéfaine. Il découvrait "J’arriverai par l’ascenseur de 22h43", titre extrait du premier album du chanteur. Un choc eut lieu. Rien moins qu’une révélation. Quelques décennies plus tard, l’artiste suisse est toujours inconditionnel de celui qui fait figure d’électron libre au sein du paysage musical français.

Création 

Le spectacle a été créé le 12 janvier 2018 au Théâtre Benno Besson.

Contact production

Catherine Lefeuvre
Directrice adjointe
catherine.lefeuvre@theatre-union.fr
+ 33 (0)6 74 97 15 22

Contact technique

Claire Seguin​
Directrice technique
claire.seguin0@orange.fr
+33 (0)6 07 12 79 04

Contact presse / Bureau de presse

Fabiana Uhart
fabianauhart@gmail.com
06 15 61 87 89

Contact communication

Angélique Dauny
+33(0)5 55 79 71 85
angelique.dauny@theatre-union.fr

Tournées

Prochainement

Du 20 au 28 Juillet 2019
Le 5 Décembre 2019

Saison 2018/2019

Du 5 au 19 Juillet 2019
Du 9 au 14 Avril 2019
Le 17 Novembre 2018
Le 17 Novembre 2018

Saison 2017/2018

Le 8 Février 2018
Du 1 au 3 Février 2018
Le 18 Janvier 2018
Du 12 au 13 Janvier 2018
Distribution 

Texte Philippe Soltermann

Mise en scène Lorenzo Malaguerra

Lumières Laurent Schaer

Production 

Production Productions de la Misère / coproduction: Théâtre Benno Besson, Théâtre du Crochetan